Riche et équilibré, le fumier est utilisé par les agriculteurs et jardiniers depuis des millénaires. Cependant, pour profiter au maximum de ses vertus, il est nécessaire de prendre certaines précautions.
Le fumier, qu’est ce que c’est ?
Le fumier est un amendement naturel utilisé pour enrichir les sols. Le fumier se compose principalement des déjections d’animaux d’élevage tels que les chevaux, moutons ou vaches. On y retrouve également les matériaux utilisés pour la litière de ces animaux (paille, foin …).
Le fumier est donc composé de matière animale et végétale. Il est riche en azote et nutriments, ce qui fait de lui un excellent amendement.
Les avantages du fumier naturel 
Le fumier est donc utilisé pour améliorer les sols grâce à sa forte teneur en azote et phosphore. En y apportant divers éléments nutritifs, le fumier rend la terre plus riche, et participe ainsi au meilleur développement des fruits et légumes. Selon son origine, le fumier pourra également alourdir ou alléger la structure de la terre, pour un sol plus facile à travailler. Utiliser en compost, il permet d’accélérer le processus de décomposition.
Quel type de fumier organique choisir ?
Il vous faudra d’abord choisir un type de fumier en fonction des besoins de votre sol. Chez Terres & Traditions, vous trouverez plusieurs types de fumiers :
  • Fumier de mouton : sec et chaud, le fumier de mouton est riche en potasse et fera le bonheur des plants de fruits et légumes. Il s’utilise uniquement en compost de par sa forte tenue en azote qui risque de « brûler » les plantes.
  • Fumier de cheval : chaud et léger, le fumier de cheval permet d’alléger et de réchauffer les terres. Il active la vie microbienne du sol en aidant la transformation de la matière organique en humus.
  • Compost de fumiers : pour un effet « coup de fouet », nous vous conseillons nos produits issus de fumiers de cheval, mouton, vache et poule. Ces composts de fumiers  prêts à l’utilisation sont riches en éléments nutritifs non lessivables qui nourriront progressivement vos plantes.
Comment utiliser le fumier correctement ? 
Le fumier est généralement utilisé de deux façons :
  • En compost : Cette méthode est la plus recommandée puisqu’elle permet d’éliminer les germes et bactéries pathogènes. Mélangé à d’autres matériaux végétaux, il vous permettra de réduire la durée du processus de décomposition et d’obtenir un compost plus riche et équilibré.
  • En épandage sur les sols avant plantation : pour utiliser le fumier directement sur les sols, il est conseillé de l’épandre sur la surface quelques semaines avant de réaliser vos plantations. Le fumier sera en effet purifié au contact de l’air et vous limiterez les risques de prolifération des bactéries. Cette aération permet également de réduire la teneur en azote du fumier, parfois trop agressive pour les plantations.
Utilisation du fumier, comment limiter les risques ? 
Frais, le fumier contient de nombreuses bactéries. La matière première étant les déjections d’animaux, un fumier de mauvaise qualité peut comporter de grandes quantités de produits chimiques ou médicaments dont sont nourris les animaux.
Mais rassurez-vous ! Chez Terres & Traditions, nous nous attachons depuis plus de 35 ans à récupérer les déchets organiques auprès des agriculteurs et éleveurs des Alpes de Hautes-Provence que nous compostons dans la pure tradition des produits du terroir tout en respectant les normes d’hygiène et de sécurité. Nos fumiers sont ainsi utilisables en agriculture biologique.
Et pour finir, n’oubliez pas, il est important de laver ses fruits et légumes avant de les consommer 🙂